Environnement de Samako

Le village de Samako est situé à 60 Km au Sud-ouest de Bamako, la capitale du Mali, et à 15 Km de l'axe routier RN5.

Administrativement, dépendant de la sous-préfecture de Siby (à 15 km), Samako fait parti de la commune rurale de Bancoumana. Le village est situé entre les monts mandingues au nord et le fleuve Djoliba au sud qui se jette 8km plus loin dans le fleuve Niger.

Le relief du village de Samako est monotone et caractérisé par des étendues de plaines jalonnées de part et d’autre des marigots Faraniba et Kouloumou Farani.

Les cordonnées géographiques du village sont : ° 15' 48" Nord, 8° 17' 1" Ouest.

 

LE CLIMAT :

Le climat de Samako est caractérisé par 2 types de saisons. La saison sèche allant de novembre à avril, se subdivise en périodes froide et chaude au cours de laquelle ont peut enregistrer des températures allant jusqu'à 38°C à l’ombre. Compte tenu des aléas climatiques, la pluviométrie est souvent capricieuse et varie entre 650 mm et 1200 mm annuelle. La saison des pluies suit le déplacement du front intertropical de convergence (FIT) de part et d’autre de l’équateur. Deux vents y soufflent : l’harmattan de l’Est vers l’Ouest en saison sèche et la mousson du sud vers l’Ouest en saison des pluies.

LE RELIEF :

Comme précisé plus haut, le relief monotone du village se situe dans la pente allant des Monts mandingues au fleuve Niger. Il est constitué de vastes plaines longeant les principaux cours d’eaux. On retrouve trois types de sols :

  • argilo-limoneux se trouvant le long et le nid des cours d’eau propices à la riziculture ;
  • légers silico-argileux se rencontrent un peu partout sur lesquels poussent le maïs sorgho et le mil ;
  • caillouteux ou gravillonnaires.

L'HYDROGRAPHIE :

Samako est parcouru par la rivière Faraniba et le marigot Kouloumou Farani offrant de grandes possibilités d’aménagement hydro-agricoles (construction de petits barrages et digues). 

LE MILIEU BIOLOGIQUE :

  • Concernant la végétation, le terroir du village est pourvu d’importantes essences forestières telles que le Néré, le Linguè, le Karité, le caïlcédrat, le Kapokier, le Sô, le Sanan...Le couvert végétal est constitué de hautes herbes (combrétacées, andropogonées…) servant aux pâturages et aussi à la confection des toitures.
  • Concernant la faune, elle fût jadis giboyeuse, la zone est fortement antropisée et ne recèle plus de grands animaux. Actuellement on y rencontre de petits rongeurs (rats palmistes, écureuils, lièvres…) et des oiseaux (perdrix, pintades...).

 

Mentions légales