Economie de Samako

L’économie de Samako est caractérisée par une agriculture de subsistance. L’agriculture et l’élevage constituent l’essentiel des activités socio-économiques du village. On n’y cultive essentiellement des céréales comme le maïs, le mil, le sorgho, le riz et parfois le fonio.

Avec l'aide de l’organisme la "Haute Vallée du Niger" (ou O.H.V) pour le développement rural, les paysans du village effectuent des cultures de rente principalement le coton, le tabac et l’arachide. L’élevage se limite à celui des bovins, caprins, ovins et quelques volailles de basse-cour.

Le ramassage des noix de karité et l’extraction du beurre de ces noix ou la cueillette des gousses de néré, sont quelques unes des occupations des femmes bien qu’elles cultivent autant que les hommes. Les ventes de ces produits constituent une source de revenus non négligeable pour les femmes du village de Samako.

Le petit maraîchage occupe quelques jeunes et les femmes durant une certaine période de la saison sèche. Le village ressemble à un grand verger eu égard au grand nombre de manguiers qui y sont plantés. La vente des mangues pour certains exploitants est une source de revenus appréciables surtout quand les mauritaniens viennent les acheter en camions complets. Tout autour du village de Samako on assiste à l’augmentation des surfaces de plantations fruitières. Ce qui commence à créer des tensions autour des terres ancestrales.

Ne perdons pas de vue que Samako est une terre d’émigration et par conséquent les émigrants communément appelés « les aventuriers » participent dans une grande part à l’économie du village. Ils contribuent de beaucoup dans la réalisation de projets de développement initiés (maternité, école fondamentale…). Les expatriés aident aussi durant les périodes de famine en achetant des produits vivriers.

Mentions légales